27 Sep, 2019

publié par dans Visite écotourisme | 0 Commentaires

Faire du vélo au cœur de l’Aveyron : Le guide

Faire du vélo au cœur de l’Aveyron : Le guide

Aux confins des causses et de l’Aubrac. De singulières cuvettes vous entraînent sur 118 Km au pays de l’aligot et de l’estofinade, en direction de multiples châteaux de tous les genres.

D’Espalion à Saint-Côme-d’Olt

À une trentaine de kilomètres au nord-est de Rodez la bourgade d’Espalion, capitale du haut Rouergue, est surplombée par les vestiges de la forteresse de Calmont d’Olt (XIe-14ème siècle), juchées sur un éperon de basalte volcanique. Les tourelles Renaissance du Vieux Palais, de la même manière que les encorbellements et galeries couvertes des calquières, ou vieilles tanneries, se reflètent dans le Lot. Suivant ce long affluent de la Garonne, on aperçoit sur une hauteur voisine le bourg fortifié de Flaujac, et, plus loin encore, le fier donjon de Masse.

Place de la Porte Theron à Saint-Come-d'Olt à Aveyron

Le parcours cyclable évolue au milieu des causses méridionaux et les monts nord de l’Aubrac. En roulant à vélo au travers des pâtures équestres du château de Lévinhac, on rejoint rapidement Saint-Côme-d’Olt, figurant avec les plus beaux bourgs de France. Un exceptionnel campanile tors, ou flammé, orne un ensemble unique de vénérables maisons, flanquées de portes défensives. Olt renvoie à l’ancienne appellation du Lot dans cette région.

De Saint-Côme-D’Olt à Estaing

En pédalant sans effort sur son vélo électrique sur l’autre rive, au pied du puech de Vermus et du mont de Roquelaure (804 m), on récupère le dos-d’âne du Pont Vieux d’Espalion. Après cette 1ère boucle d’une dizaine de kilomètres, la précieuse église de style architectural roman de Perse en grès rose, témoignage d’un prieuré bénédictin, mérite toutes les attentions. Croisant la Via Podensis qui mène à Saint-Jacques-de-Compostelle, une plaine fertile prend le relais, avec une légère élévation en direction de l’église de Trédou, dominée par le château de Beauregard. À Verrières, on disparaît dans les bois, pour brusquement mettre à jour la splendeur du point de vue d’Estaing. Du pont de style architectural gothique, s’exposent au soleil les bâtisses en schiste groupées aux alentours d’un majestueux Château. Certaines petites rues sont faites en pavés de galets arrondis.

Une belle image de la ville d'Estaing à Aveyron

Visiter le musée du Scaphandre, à Espalion

Installé dans une singulière église rouge, ce lieu insolite raconte la transformation par 2 Aveyronnais d’un appareil de sauvetage minier en engin de plongée sous-marine à partir de 1860. La collection rassemble différents types de scaphandres, avec des expositions thématiques et des déclinaisons artistiques contemporaines.

Le musée du Scaphandre d'Espalion à Aveyron

D’Estaing à Pruines

La vingtaine d’hectares de plantations viticoles qui s’accrochent en terrasses bénéficient d’une récente AOC. Ménageant aussi de magnifiques perspectives sur Estaing, une grimpée de 7,5 km s’enfonce peu à peu dans la forêt ombragée pour arriver sur le causse de Sebrazac, ensuite sur le plateau de la Pinhe. Ce tracé qui comporte des montées assez importantes devra être emprunté par des cyclistes chevronnés ou des adeptes du vélo électrique de qualité. Le tracé sinueux se prolonge en dévalant le Besorc. Au creux d’un vallon d’un vert profond apparaît le domaine médiéval de Villecomtal, entièrement bâti en grès rouge avec des calades géométriques.

L'église de Saint Hilary de Pruines à Aveyron

De cette éloquente époque restent debout le logis, le donjon et une tour-porche coiffée d’un campanile. Avec le Dourdou comme nouveau compagnon, on s’engage sur la chaussée des seigneurs du Rouergue, représentée par le château de La Servayrie, à Mouret, plaisant concentré de huit siècles d’architecture. Sur la butte, au-dessus, on peut voir le puissant château rose de Pruines qui vous accueille au pied du pic panoramique de Kaymar (707 m).

De Pruines à Conques

Dans un univers plus champêtre, on gagne les vergers de Saint-Cyprien. De l’église d’Ajarc, une modeste route jalonnée de magnifiques propriétés chargées d’histoire sinue en direction des eaux ocre du Dourdou, bordé par les escarpements boisés du Rougier, nommées de la sorte en raison de l’omniprésente pierre écarlate. Encore quelques hectomètres de transition, et on rejoint le pont des pèlerins. La pente se redresse ainsi pour atteindre l’incomparable Conques, bourg niché dans un cirque boisé dominant les gorges de l’Ouche. Une bonne demi-journée est nécessaire pour se perdre dans l’entrelacs de fontaines et de petites rues pentues de la ville, jadis close. Nombre d’habitations comportent des pans de bois et des toitures de lauzes.

Les rues de Conques à Aveyron

Explorer le château d’Estaing

Stratégiquement posé à la confluence du Lot et de la Coussanne, ce château remonte au 11ème siècle. Sa magnifique allure est le résultat de sept siècles d’aménagements successifs autour d’un donjon et d’une grande terrasse.

Le chateau d'Estaing à Aveyron

De Conques à Entraygues-sur-Truyère

Après un dernier regard sur la chapelle isolée de Saint-Roch, on plonge dans la cuvette, assez encaissée. Une fois traversé le riant bourg de Grand-Vabre, un pont donne accès à la berge cantalienne du Lot. C’est une longue série d’ondulations sauvages, tapissées de châtaigniers et colorées de quelques arbres fruitiers. L’absence de relief donne la possibilité d’apprécier le remarquable château de Vieillevie, la chapelle Notre-Dame d’Aynès, la tour ronde de Montarnal (IXe siècle). Ensuite, on découvre les plantations viticoles très escarpées du Fel. Comme son nom l’indique, Entraygues se trouve à la rencontre du Lot et de la Truyère. On y pénètre par un superbe pont de pierre de style architectural gothique. Son élégant château (13ème-18ème siècle) s’adosse au quartier ancien, riche en colombages, encorbellements et passages cantous.

Le vieux pont sur d'Entraygues-sur-Truyère à Aveyron

À voir obligatoirement : L’abbatiale Sainte-Foy, à Conques

La chaleur du calcaire jaune embellit ce joyau de l’art roman presque millénaire. On s’émerveille devant les 124 personnages du tympan d’entrée, la forêt de 250 chapiteaux, les tribunes panoramiques, les sobres vitraux de Pierre Soulages, le trésor qui entourent la statue de Sainte-Foy, habillée d’or et de pierres précieuses.

Le Tympan du Porche Abbaye Sainte Foy à Conques

D’Entraygues-sur-Truyère à Espalion

Par le sanctuaire Notre-Dame du Pontet, on remonte les gorges du Lot, modelées par 2 grands barrages hydroélectriques, Castelnau-Lassouts (263 ha) et Golinhac (41 ha), qui attirent les pêcheurs de carnassiers et de carpes. Des forêts riches en ceps dégringolent jusqu’aux eaux calmes. Une cinquantaine de routes d’escalade animent les falaises de granite de Nayrac-Rocous. En deçà de Carmarans apparaît la légendaire et romantique chapelle del Dol, sertie dans un tapis floral multicolore. Entre 2 puechs et la presqu’île de la Rouquette, on récupère un peu plus loin Estaing, ensuite la chaussée initiale d’Espalion.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *